Maître Laurent-Franck Lienard dénonce le traitement réservé aux policiers victimes de violences

Laurent-Franck Liénard (avocat spécialisé dans la défense des forces de l’ordre) était interviewé par Yves Calvi le 21 février 2017 dans 24 heures en questions sur LCI :
«On a rendu ce jeune homme victime, on en a fait une vedette. Tout le monde le connaît (…) Ça me choque totalement que le Président de la République soit venu à son chevet parce que moi je défends les policiers qui ont brûlé à Viry-Châtillon, et ils n’ont pas vu le Président de la République. Ils sont brûlés.
Il y a une jeune femme qui a perdue l’ensemble de son visage. Y’a un homme qui a été entre la vie et la mort pendant très longtemps, et qui est en train de s’en sortir, il est en train d’apprendre à se servir de ses mains, parce qu’il ne sait plus se servir de ses mains tellement elles ont brûlé. Et, ils n’ont pas vu le Président de la République ! Vous voyez ? Et ça, ça me choque ! Parce que, d’un côté, vous avez … on renverse l’échelle des valeurs … d’u côté, vous avez une personne (Théo) qui se bat contre la police et qui tente d’empêcher un contrôle, et qui tente par la force de résister à une intervention, il reçoit le Président de la république dans sa chambre d’hôpital. D’un autre côté, vous avez un jeune homme ADS (Adjoint de Sécurité) qui essaie de faire quelque chose d’intéressant pour la société, il essaie de bien faire son boulot, il est assis dans une voiture de police, il prend un Cocktail Molotov dans la figure, il est brûlé, terriblement brûlé, et il ne voit pas le Président de la république. y’a vraiment deux poids deux mesures. Quel est le message qu’on veut donner ? Ce message-là, il me semble extrêmement inquiétant. Et d’ailleurs, c’est pour ça que je pense que les politiciens sont en train de mettre de l’huile sur le feu, et que ce n’est pas bien du tout. La vérité là-dedans, c’est qu’il faut savoir raison garder, et il faut savoir appeler un chat un chat, c’est-à-dire un délinquant un délinquant et un policier un policier.»